Ginkgo et chouette / Ginkgo and owl

Défi d’octobre de Art Bead Scene, vous commencez à être habitué.
J’aime ce défi, parcequ’il m’oblige à partir d’une oeuvre, de couleurs, de formes que je n’aurai pas forcément choisis.
Ce mois-ci, je ne pouvais pas laisser passer, des feuilles de ginkgo et une chouette. Je me suis dit que c’était un thème pour moi.
Mais pour tout vous dire, j’ai eu du mal à trouver des perles, une construction qui me plaise et qui rende justice à la délicatesse du tableau.
Peut-être les couleurs…

October Art Bead Scene Challenge, you should be used to it by now.
I like this challenge because I have to work from a painting, colors, shapes that I sometimes would not have chosen otherwise.
This month, I had to do it, ginkgo leaves, and an owl. I thought it was perfect for me.
But I have to tell you, I had trouble finding beads and a design that would please me and would do the subtlety of the painting justice.
Maybe it was the colors…

Owl on Gingko Branch (Scops Owl Under Crescent Moon) 1915
Ohara Koson
Woodblock Print on Paper
(Please note this art is copyrighted and is to be used only as inspiration.)

Je suis partie de la branche et j’ai trouvé ce grand pendentif connecteur en céramique de Elaine Ray et sa perle assortie.
Des chouettes, j’en ai beaucoup, de toutes couleurs, formes et matières. J’ai choisi une des plus petite mais celle qui amenait de la rondeur, de Green Girl Studios, des perles en verre artisanales de Studio Juls pour la couleur et enfin la feuille de ginkgo.
Je vous l’avais déjà montré quand je l’ai acheté aux puces à Berlin cet été. C’est une véritable feuille  de ginkgo, recouverte de cuivre.
Pour finir des pierres de labradorite, un fermoir en nacre, du lin pour le côté naturel.

I started from the branch and I found this big ceramic Elaine Ray connector with a matching bead.
I’ve got tons of owls in all sorts of colors, shapes and materials. I chose one of the smallest and the one that brought roundness from Green Girl Studios, then some glass beads from Studio Juls for the color and finally the ginkgo leaf.
I have already shown it to you when I bought it at the flea market in Berlin this summer. It’s a real ginkgo leaf covered with copper.
And to finish with the natural aspect, labradorite beads, mother of pearl toggle and linen cord.


Dans la précipitation…

J’ai oublié d’expliquer pourquoi Ginkgo et Coquelicot!

Le premier obstacle, une fois la décision prise a été de trouver un nom.
Après de nombreux essais ou je voulais intégrer la couleur, la lettre K, le fil et bien d’autres choses encore, car il est bien difficile de se résumer à quelques mots, le Ginkgo est arrivé naturellement.

J’observe plusieurs fois par semaine les trois arbres près de chez moi (d’ailleurs, ils ne bourgeonnent toujours pas) et je suis le passage du vert tendre au jaune pâle puis flamboyant.
Mais sous des apparences banales, c’est un des plus anciens arbres connus, il est très résistant, on lui prête des vertus thérapeutiques, il y a des arbres mâles et des arbres femelles.
Il est symbole d’unité des opposés et de longévité.
On reproche aux fruits de sentir mauvais (ce qui est vrai) mais derrière ce désagrément que de beauté, de sérénité et d’éclat.

Photo prise en pleine ville!

Et le coquelicot, d’apparence fragile, il s’installe partout. On le considère comme une mauvaise herbe, c’est la nature qui envahit  les friches, les terrains vagues de sa couleur flamboyante.
Il a des vertus apaisantes, il est la mort sur les champs de bataille de la 1ère guerre mondiale dans le poème In Flanders Fields de John McCrae, il se fane si on le cueille
C’est la vie, la mort, la poésie.

Erreur réparée (Merci Cécile, en attendant plus…)